Rapport d'activités 2018

Asbl Fonds Parvati – Ecoliers du Népal

Exercice 2018

Branche Ecoliers du Népal

 

Les dépenses 2018 au Népal.

L'année 2018 a été caractérisée par la poursuite des parrainages pour les scolarités de nos enfants à Katmandou et à Pokhara-Batulechaur ainsi que par des travaux d'aménagements de classes et des actions de formations dans les écoles reconstruites dans le district de Kavré grâce aux dons récoltés en 2015 suite au terrible tremblement de terre d’avril 2015.

Les écoles avaient été inaugurées au printemps 2017.

 

Les scolarités que nous subsidions se répartissent en deux groupes:

  1. A Katmandou: Des enfants individuels, scolarisés depuis leur tout jeune âge , vont à l'école dans diverses institutions. Les dossiers de ces étudiants ont été proposés par des écoles ou par des connaissances de Nicole Decourrière à Katmandou.
    En 2018, nous avons encore subsidié 7 enfants . Trois ont fini le collège et ont entamé des études supérieures (Yeshi Infirmière, Inna Informatique et Pemba Ecole hôtelière). Tous les trois ont d'excellents résultats. Le coût de ces études supérieures est élevé (jusque 1200 euros/ an). Quatre enfants plus jeunes sont scolarisés dans plusieurs écoles avec lesquelles Nicole entretient des contacts réguliers à la fois pour rencontrer les enfants, suivre leurs résultats et progrès et payer les minervals et fournitures scolaires.
    Ces enfants sont généralement parrainés individuellement par des familles en Belgique. Nous obtenons régulièrement de leurs nouvelles par des échanges de courriels et grâce aux écoles qui nous remettent les copies des bulletins.

  2. A Pokhara- Batulechaur: depuis près de 15 ans nous scolarisons des enfants musiciens appartenant à une caste d'intouchables de tradition musicale près de Pokhara. Les ancêtres étaient des troubadours et bons musiciens. Nous avons voulu maintenir leurs traditions musicales tout en les scolarisant. 6 enfants sont scolarisés à la Pokhara Academy, école où ils étudient en anglais et où ils poursuivent l'étude de la musique. Le directeur de cette école soutient notre projet, il œuvre à l'intégration de ces enfants intouchables avec le reste des enfants. Nicole le rencontre deux fois par an. Les enfants doivent changer d'école lorsqu'ils entament des études supérieures. 12 jeunes en sont déjà à ce stade et font deux années de collège avant de choisir leur voie. Nicole les conseille. La plupart poursuivent la musique avec un petit groupe qui commence à connaître quelques succès. Parmi ces plus grands, deux garçons ont obtenu leur visa pour partir en Australie.
    Six jeunes enfants sont scolarisés dans une école locale moins difficile que la Pokhara Academy.

Reconstructions - District de Kavré : suite à l'inauguration de l'école des pêcheurs à Madjigaun, nous avons en 2018 encore contribué à l'aménagement des classes et à l'apport de matériel scolaire et ludique pour les petits. Des formations d'enseignants avec observation dans les classes ainsi que des formations des villageois à l'agriculture bio-intensive par Shyam Khakurel de Everything Organic , déjà entamées en 2017, ont été poursuivies grâce à l'organisation et l'implication personnelle de Nicole.

 

Le budget 2018 pour l'ensemble de ces actions focalisées sur la scolarisation, l'éducation et la formation d'enseignants s'est élevé à 17.000 euros.

 

Les recettes 2018. Nous recherchons des fonds à Bruxelles pour financer ces activités.

Les sources de fonds sont principalement de trois ordres:

  1. les parrainages , dons et subsides (17.000 euros). La plupart des enfants scolarisés à Katmandou et plusieurs jeunes musiciens à Pokhara sont sponsorisés par un parrain ou une marraine.

  2. l'organisation d'événements (4.100 euros). Ces activités sont variables d'une année à l'autre.
    L'année 201
    8 a bénéficié d'une avant-première au Théâtre Le Public en mai et d'un concert offert par la chorale Debadouda en novembre.

  3. les loyers d'un flat (5.500 euros). La branche Ecoliers du Népal de l'asbl a hérité d'un petit appartement grâce à une généreuse dame sensible aux objectifs de l'association.

 

 

Nous avons pu faire face à tous nos engagements. Nos recettes annuelles sont variables alors que les dépenses sont évidemment assez stables puisqu'il s'agit essentiellement de scolarités.

 

En 2018 les rentrées de fonds ont dépassé les dépenses. Cela va nous permettre en 2019 et 2020 de compléter par quelques investissements notre action à Kavré en vue d'un développement durable de l'école de Madjigaun (photovoltaïque, isolation des classes, pisciculture…).

 

Pour rappel, nous travaillons avec des bénévoles à Bruxelles sans aucune charge administrative. Jusqu'à présent nos dépenses de fonctionnement ont toujours été prises en charge par les membres de l'association et par des sponsors pour les événements.

A Katmandou tout est géré par Nicole Decourrière, sans frais en dehors de ses déplacements internes jusque Pokhara et Kavré deux ou trois fois par an pour suivre les projets et rencontrer les enfants.

 

 

Asbl Fonds Parvati – Ecoliers du Népal

Exercice 2017

Branche Ecoliers du Népal

  L'événement majeur de l'année 2017 est la finition des travaux de reconstruction d’écoles détruites lors du terrible tremblement de terre d’avril 2015. Notre association a pu contribuer à ces reconstructions dans le district de Kavré à concurrence de 25.000 euros grâce aux dons récoltés. L’inauguration officielle des écoles s'est déroulée au printemps 2017 à temps pour démarrer la nouvelle année scolaire 2017/18.

Les autres activités de 2017 au Népal se sont concentrées sur la poursuite de la scolarisation des enfants à Katmandou et à Batulechaur (Pokhara) et également sur des actions de formations au village de pêcheurs de Madjigaun (district de Kavré) dans l'école reconstruite. Ces formations ont été animées par Nicole Decourrière, qui par ailleurs gère toutes nos actions au Népal.

 

Les dépenses 2017. Les scolarités que nous subsidions se répartissent en deux groupes:

  1. A Katmandou: Des enfants individuels, scolarisés depuis leur tout jeune âge , vont à l'école dans diverses institutions. Les dossiers de ces étudiants ont été proposés par des écoles ou par des connaissances de Nicole Decourrière (à Katmandou depuis 1986). En 2017, nous avons encore subsidié 8 enfants . Quatre sont au collège ou ont entamé des études supérieures (Anju, Inna, Yeshi infirmière et Pemba Hotel Management). Le coût de ces études est élevé (jusque 1200 euros/ an selon l'université). Quatre enfants plus jeunes sont encore au lycée. Nicole, sur place, entretient des contacts réguliers à la fois pour rencontrer les enfants, suivre leurs résultats et progrès, les orienter et payer les minervals et fournitures scolaires aux directeurs d'écoles.
    Ces enfants sont généralement parrainés individuellement par des familles en Belgique. Nous obtenons régulièrement de leurs nouvelles par des échanges de courriels et grâce aux écoles qui nous remettent les copies des bulletins.

  2. Pokhara- Batulechaur: depuis près de 15 ans nous scolarisons des enfants musiciens appartenant à une caste d'intouchables de tradition musicale près de Pokhara. Les ancêtres étaient des troubadours et bons musiciens. Nous avons voulu maintenir leurs traditions musicales tout en les scolarisant. 9 enfants étaient scolarisés en 2017 à la Pokhara Academy, école où ils étudient en anglais et où ils poursuivent l'étude de la musique. Ces enfants sont bien suivis par Mahendra le directeur de l'école qui a œuvré, avec Nicole, à l'intégration de ces enfants intouchables avec le reste des enfants. Nicole le rencontre deux fois par an.

    La moitié de ces jeunes était en classe 10 et sont donc passés depuis au College, s'ils entament des études supérieures. 15 jeunes musiciens ont déjà terminé le College et doivent choisir leur voie ce qui est aussi difficile que chez nous. Certains aimeraient partir à l'étranger. Nicole les conseille. La plupart poursuivent la musique avec un petit groupe, le Lakshia Band, qui connaît quelques succès. 4 enfants sont scolarisés dans une école locale moins difficile que la Pokhara Academy.

Nouvelle école post tremblement de terre. District de Kavré

Suite à l'inauguration de l'école des pêcheurs à Madjigaun, nous avons contribué à l'aménagement des classes et à l'apport de matériel scolaire et ludique pour les petits. Des formations d'enseignants avec observation dans les classes ainsi que des formations des villageois à l'agriculture bio-intensive par Shyam Khakurel de Everything Organic ont été organisées et animées par Nicole.

Le budget 2017 pour l'ensemble de ces actions  s'est élevé à 27.000 euros.

Nous recherchons des fonds à Bruxelles pour financer ces activités.

En 2017, les rentrées de fonds ont été inférieures aux dépenses suite aux investissements dans les écoles reconstruites.
 

Branche Ecoliers du Népal

Exercice 2016

En 2016 , notre association a pu contribuer aux reconstructions d’écoles détruites lors du terrible tremblement de terre d’avril 2015 dans le district de Kavre à concurrence de 20.000 euros grâce aux dons récoltés en 2015. Les travaux ont été fortement perturbés et retardés par le blocus de la frontière avec l’Inde et les fortes moussons. En automne 2016, l’avancement évoluait bien et l’inauguration des écoles prévue au printemps 2017 s’annonçait bien pour la nouvelle année scolaire 2017/18.

Les écoliers que nous scolarisons à Katmandou et à Batulechaur (Pokhara) avaient tous été sains et saufs, mais leurs familles ont fort souffert et de nombreux villages isolés étaient encore détruits et les familles abritées sous des abris de tôle ondulée.

 

Les coûts 2016 pour l'ensemble des activités se sont élevés à 25.000 euros.

 

Asbl Fonds Parvati – Branche Ecoliers du Népal  - Exercice 2015

L'année 2015 fut une année terrible pour le Népal avec les tremblements de terre des 25 avril (d'une magnitude 7,8) et 12 mai 2015 et les 400 répliques qui ont suivi pendant tout l'été. Cette tragédie a tué plus de 9.000 personnes, en a blessé plus de 24.000, a détruit un demi million de maisons, a déplacé 2,8 millions de personnes et en a frappé 6 millions.

Nous avons fait un appel aux dons et la générosité de tous a été incroyable.

Des initiatives merveilleuses ont été prises pour contribuer à l'aide nécessaire.

Avec des conditions climatiques violentes, une forte mousson, le Népal a ensuite fortement souffert d'un blocus de ses frontières avec l'Inde dont dépend tout le commerce. L'impact économique du blocus, dont on ne parle que très peu, est considéré comme deux fois plus grave que les tremblements de terre eux-mêmes.

Tout au long de ces mois si difficiles pour le Népal, vous avez soutenu avec énormément de sollicitude et de coeur, toutes nos initiatives pour récolter des fonds. Pendant des semaines vous avez versé des sommes qui allaient de quelques euros à des montants importants, sur notre compte du Fonds Parvati- Ecoliers du Népal. Vous avez contacté vos amis, qui eux aussi ont participé généreusement. Nous avons récolté plus de 20.000 euros qui serviront principalement à la reconstruction de classes d'écoles.

Après des mois où le pays a été économiquement bloqué, les travaux de reconstruction ont enfin démarré à la fin de l'hiver 2015.