Rapport d'activités 2019

Exercice 2019

 

 

Le budget 2019 pour l'ensemble de ces actions focalisées sur la scolarisation et l'éducation s'est élevé à environ 16.000 euros.

 

 

Les recettes 2019 Nous recherchons des fonds à Bruxelles pour financer nos activités. En 2019, les rentrées de fonds ont été supérieures aux dépenses.

 

Les sources de fonds sont principalement de trois ordres:

 

 

  1. les parrainages et les dons (17.500 euros). La plupart des enfants scolarisés à Katmandou et plusieurs jeunes musiciens à Pokhara sont sponsorisés par un parrain ou une marraine. L'association a bénéficié de plusieurs dons importants en 2019.

  2. l'organisation d'événements (2.600 euros). Ces activités sont variables d'une année à l'autre. L'année 2019 a connu deux événements : la soirée offerte par le Théâtre Le Public et celle offerte par le Théâtre des Martyrs.

  3. les loyers d'un flat (4.000 euros). La branche Ecoliers du Népal de l'asbl a hérité d'un petit appartement grâce à une généreuse dame sensible aux objectifs de l'association.

 

Nous avons pu faire face à tous nos engagements de scolarités et sommes prêts à assurer les deux prochaines années avec de nouveaux projets, par exemple à Madgigaon et Batulechaur.

 

 

Pour rappel, nous travaillons avec des bénévoles à Bruxelles sans aucune charge administrative. Nos dépenses de fonctionnement ont toujours été prises en charge par les membres de l'association et par des sponsors pour les événements.

 

A Katmandou tout est géré par Nicole Decourrière, sans frais en dehors de ses déplacements internes jusque Pokhara et Kavré deux ou trois fois par an pour suivre et rencontrer les enfants ainsi que les directeurs d'école.

 

 

 

 

Rapport des activités Ecoliers du Népal.

 

 

RESUME de NOS ACTIONS

 

 

 

Parrainages : (voir le détail ci-dessous)

 

  • Kathmandu: 6 étudiants

  • Pokhara: 22 étudiants

 

 

Formations :

 

  • Formations d’enseignants à Bhaktapur à l’école Shri Vidyasadan en partenariat avec la Fondation Audrey Jacobs

  • Formations d’enseignants à Kavre au village de pêcheurs Madjigaon et au village Tamang de Pipaldanda

  • Formation à la Pokhara Academy avec tout le personnel enseignant : « Education sans punition et récompense » selon la Communication Non-Violente

 

 

Grands Projets :

 

  • Installation électrique et photovoltaïque à Madjigaon (Kavre) : installation complète sur le site de l’école et 4 panneaux voltaiquessur le toit de l’école.

  • Installation des gouttières à Madjigaon (Kavre) : pas encore les réservoirs.

  • Fabrication de tables de classe à Pipaldanda (Kavre)

 

 

Autres :

 

  • Confection de sacs d’école avec notre logo pour les enfants des différentes écoles.

  • Confection des coussins de sol pour les maternelles à Pipaldanda (Kavre)

  • Réparation et achat d’instruments à Pokhara (guitare et divers tambours)

 

 

 

 

 

LES PARRAINAGES À KATHMANDU

 

 

 

Pema, Suraj, Anju,Yeshe, Pempa et Inna

 

Tous nos étudiants ont très bien réussi.

 

Pema est notre dernière étudiante au niveau secondaire. Elle entre en dernière année (10ème) et devra étudier à fond pour l’examen national en mars 2020.

 

Suraj a réussi sa classe 11 en Collège « Humanities and Technology Science ». Il joue aussi de la guitare. C’est un jeune timide vis à vis de nous, qui reste distant et difficile à découvrir. Il se sent plus à l’aise avec les copains.

 

Anju a terminé la classe 12 en Collège « Business and Accounting ». Pendant les vacances nous l’avons encouragée à prendre des classes de dessin, ayant montré de l’intérêt et de grandes habilités. Anju commence à prendre de l’assurance pour s’exprimer et dire ses émotions et ses aspirations.

 

Yeshe a réussi sa 2ème/3 année d’infirmière brillamment. Se classant première de promotion, elle obtient la gratuité pour sa 3ème année. Elle est très studieuse et passionnée. Elle envisage après la 3ème de refaire encore des études pour faire un bachelor.

 

Pempa a fini sa 2ème/4 année d’ « Hotel Management ». Pempa a pris de plus en plus de responsabilités dans notre association, contactant les autres étudiants, servant de traducteur et d’intermédiaire pour les grands projets à Kavre. Il est toujours de très bonne humeur et on peut compter sur lui quand on a besoin d’aide.

 

Inna continue sa formation de bachelor en science technologique. Elle termine sa 2ème / 4. C’est un peu une difficulté pour elle de se retrouver dans une université népalaise après les deux années passées en Collège à la Ullens School qui était un standard élevé.

 

 

 

PARRAINAGES À POKHARA: 22 jeunes

 

 

Niveau secondaire : 8 enfants parrainés 

 

Bini, Pradip, Subodh, Nikesh, Abishkar, Pratima, Sanju et Rima

 


Notre action se concentre sur le village de Batulechaur au nord de Pokhara auprès de jeunes collégiens et étudiants de la communauté de gandharvas (musiciens).

 

Six étudiants vont dans une école privée où l’enseignement se donne en anglais et deux jeunes filles dans une école gouvernementale en nepali.

 

La collaboration avec l'école Pokhara Academy se poursuit. Le directeur Mahendra Gurung est attentif aux jeunes, il donne aussi les cours d'anglais et est apprécié des étudiants.
Les 6 étudiants encore parrainés dans l'école ont été promus dans la classe supérieure. Bini a passé l'examen national de fin de secondaire. Il nous reste donc 5 étudiants dans cette école. 
Nikesh Gayak qui vient de passer l'examen national de 8ème avec plus de 98% a remporté avec honneur les résultats les plus élevés du district. Nikesh ne bénéficie malheureusement pas de conditions familiales favorables à l'étude. Son père est alcoolique et la mère sans travail. Seule une tante subvient à tous les besoins de la famille. En avril 2019, Nikesh rejoint à la demande du directeur le pensionnat de l’école pour profiter d’un cadre plus encourageant.
Perspectives pour les années à venir.
Nous avons entamé une discussion sur le futur de notre action à Balulechaur qui passera progressivement de parrainages individuels d'enfants vers le financement de projets spécifiques de l'école ou du village, Nous pourrions aussi créer un fonds général pour diminuer les frais de scolarité des enfants de la communauté des Gandharvas.

 

Mahendra G. parle de promouvoir et créer des cours de musique (comme par le passé) pour tous les élèves intéressés. Il a déjà engagé un maître qui peut donner la journée des cours d'anglais et après l'école des cours de musique, étant lui-même musicien autodidacte. Un piano électrique a été acheté fin mai.
Le directeur a aussi des projets pour la bibliothèque et le laboratoire de science. La bibliothèque est déjà équipée d'un écran interactif mais possède peu de livres pour adolescents.

 

 

 

POKHARA: 14 jeunes suivis ou parrainés au niveau collège et supérieur.

 

Ranjan, Rabin, Puskal, Sameer, Aruna, Srijana, Sapana, Binita, Karina, Sudip, Suraj, Sumit , Abishek et Bishal

 

 

 

Dans l’ensemble nous sommes heureux des orientations et choix des jeunes filles (Aruna, Srijana, Sapana, Seema, et Karina). Elles montrent responsabilité et enthousiasme pour prendre leur vie en main. Outre leurs études, elles cherchent toutes un travail en parallèle, leur donnant une expérience et un peu de flexibilité financière. Leurs emplois varient : hôtesse d’accueil dans une banque, vendeuse, présentatrice de télé et radio, manutentionnaire en magasin ou comme Susmita qui est maintenant engagée comme infirmière titulaire.

 

Pour les jeunes hommes, la conduite de leur vie est souvent plus compliquée. Le poids de leur caste d’intouchable (statut pourtant aboli selon la loi) est encore lourd et d’actualité. Il leur est difficile de trouver du travail et de s’extraire de leur responsabilité masculine vis à vis de leur famille ou leur communauté. Ils trouvent des emplois dans les bars pour jouer la musique live, les plongeant souvent dans les réseaux de musique secondaire et de vie nocturne. Cela a des conséquences sur leurs études aux horaires matinaux (de 6h à 11h) et plusieurs (Sudip, Suraj, Sumit) ont arrêté cette année d’aller au cours. Leur projet de vie est de vivre de leur musique à Pokhara dans les hôtels pour touristes, les radios libres et les différents événements culturels et folkloriques. Nous faisons avec eux des démarches pour trouver aussi des formations courtes au CTEVT pour des emplois en relation avec le tourisme et les techniques du son.

 

Une autre perspective qui tente ces jeunes est de partir à l’étranger puisqu’ils ont eu une bonne éducation en anglais, ils espèrent décrocher de bons résultats au concours IELST et de pouvoir partir étudier ou travailler en Australie, Nouvelle-Zélande ou Canada. C’est ce que deux d’entre eux ont fait cette année (Puskal et Rabin) L’un à Melbourne et l’autre à Brisbane. Malheureusement leur départ laisse de lourdes charges sur les familles. Les emprunts pour les visas, billets d’avion et agences de placement ont des taux de remboursement jusqu’à 30%. Il faudra voir d’ici trois ans si l’expérience est positive pour ces familles et cette communauté dépréciée au Népal.

 

Lakshya Band, Pokhara Ce groupe de musique créé par des jeunes formés grâce à notre support ( Ranjan, Sameer, Bibek, Sudip, Bishal ) continue de progresser et de se produire autant pour les événements folkloriques pendant les festivals que pour d’autres manifestations plus culturelles. Ils ont commencé à enregistrer plusieurs morceaux et espèrent pouvoir produire leur premier CD en 2020.Vous pouvez les entendre sur Youtube et FB.

 

 

 

 

 

 

Ecoliers du Népal

Exercice 2018

Les dépenses 2018 au Népal.

Reconstructions - District de Kavré : suite à l'inauguration de l'école des pêcheurs à Madjigaun, nous avons en 2018 contribué à l'aménagement des classes et à l'apport de matériel scolaire et ludique pour les petits. Des des villageois à l'agriculture bio-intensive par Shyam Khakurel de Everything Organic , déjà entamées en 2017, ont été poursuivies grâce à l'organisation et l'implication personnelle de Nicole.

 

Le budget 2018 pour l'ensemble de nos actions focalisées sur la scolarisation, l'éducation et la formation d'enseignants s'est élevé à 17.000 euros.

 

Les recettes 2018:les parrainages , dons et subsides (17.000 euros); l'organisation d'événements (4.100 euros); et les loyers d'un flat ont permis de faire face à tous nos engagements.

En 2018 les rentrées de fonds ont dépassé les dépenses. Nous pourrons ainsi compléter par quelques investissements notre action à Kavré en vue d'un développement durable des écoles de Madjigaun (photovoltaïque, isolation des classes, pisciculture…).

 

Asbl Fonds Parvati – Ecoliers du Népal

Exercice 2017

Branche Ecoliers du Népal

  L'événement majeur de l'année 2017 est la finition des travaux de reconstruction d’écoles détruites lors du terrible tremblement de terre d’avril 2015. Notre association a pu contribuer à ces reconstructions dans le district de Kavré à concurrence de 25.000 euros grâce aux dons récoltés. L’inauguration officielle des écoles s'est déroulée au printemps 2017 à temps pour démarrer la nouvelle année scolaire 2017/18.

Les autres activités de 2017 au Népal se sont concentrées sur la poursuite de la scolarisation des enfants à Katmandou et à Batulechaur (Pokhara) et également sur des actions de formations au village de pêcheurs de Madjigaun (district de Kavré) dans l'école reconstruite. Ces formations ont été animées par Nicole Decourrière, qui par ailleurs gère toutes nos actions au Népal.

 

Les dépenses 2017. Les scolarités que nous subsidions se répartissent en deux groupes:

  1. A Katmandou: Des enfants individuels, scolarisés depuis leur tout jeune âge , vont à l'école dans diverses institutions. Les dossiers de ces étudiants ont été proposés par des écoles ou par des connaissances de Nicole Decourrière (à Katmandou depuis 1986). En 2017, nous avons encore subsidié 8 enfants . Quatre sont au collège ou ont entamé des études supérieures (Anju, Inna, Yeshi infirmière et Pemba Hotel Management). Le coût de ces études est élevé (jusque 1200 euros/ an selon l'université). Quatre enfants plus jeunes sont encore au lycée. Nicole, sur place, entretient des contacts réguliers à la fois pour rencontrer les enfants, suivre leurs résultats et progrès, les orienter et payer les minervals et fournitures scolaires aux directeurs d'écoles.
    Ces enfants sont généralement parrainés individuellement par des familles en Belgique. Nous obtenons régulièrement de leurs nouvelles par des échanges de courriels et grâce aux écoles qui nous remettent les copies des bulletins.

  2. Pokhara- Batulechaur: depuis près de 15 ans nous scolarisons des enfants musiciens appartenant à une caste d'intouchables de tradition musicale près de Pokhara. Les ancêtres étaient des troubadours et bons musiciens. Nous avons voulu maintenir leurs traditions musicales tout en les scolarisant. 9 enfants étaient scolarisés en 2017 à la Pokhara Academy, école où ils étudient en anglais et où ils poursuivent l'étude de la musique. Ces enfants sont bien suivis par Mahendra le directeur de l'école qui a œuvré, avec Nicole, à l'intégration de ces enfants intouchables avec le reste des enfants. Nicole le rencontre deux fois par an.

    La moitié de ces jeunes était en classe 10 et sont donc passés depuis au College, s'ils entament des études supérieures. 15 jeunes musiciens ont déjà terminé le College et doivent choisir leur voie ce qui est aussi difficile que chez nous. Certains aimeraient partir à l'étranger. Nicole les conseille. La plupart poursuivent la musique avec un petit groupe, le Lakshia Band, qui connaît quelques succès. 4 enfants sont scolarisés dans une école locale moins difficile que la Pokhara Academy.

Nouvelle école post tremblement de terre. District de Kavré

Suite à l'inauguration de l'école des pêcheurs à Madjigaun, nous avons contribué à l'aménagement des classes et à l'apport de matériel scolaire et ludique pour les petits. Des formations d'enseignants avec observation dans les classes ainsi que des formations des villageois à l'agriculture bio-intensive par Shyam Khakurel de Everything Organic ont été organisées et animées par Nicole.

Le budget 2017 pour l'ensemble de ces actions  s'est élevé à 27.000 euros.

Nous recherchons des fonds à Bruxelles pour financer ces activités.

En 2017, les rentrées de fonds ont été inférieures aux dépenses suite aux investissements dans les écoles reconstruites.
 

Branche Ecoliers du Népal

Exercice 2016

En 2016 , notre association a pu contribuer aux reconstructions d’écoles détruites lors du terrible tremblement de terre d’avril 2015 dans le district de Kavre à concurrence de 20.000 euros grâce aux dons récoltés en 2015. Les travaux ont été fortement perturbés et retardés par le blocus de la frontière avec l’Inde et les fortes moussons. En automne 2016, l’avancement évoluait bien et l’inauguration des écoles prévue au printemps 2017 s’annonçait bien pour la nouvelle année scolaire 2017/18.

Les écoliers que nous scolarisons à Katmandou et à Batulechaur (Pokhara) avaient tous été sains et saufs, mais leurs familles ont fort souffert et de nombreux villages isolés étaient encore détruits et les familles abritées sous des abris de tôle ondulée.

 

Les coûts 2016 pour l'ensemble des activités se sont élevés à 25.000 euros.

 

Asbl Fonds Parvati – Branche Ecoliers du Népal  - Exercice 2015

L'année 2015 fut une année terrible pour le Népal avec les tremblements de terre des 25 avril (d'une magnitude 7,8) et 12 mai 2015 et les 400 répliques qui ont suivi pendant tout l'été. Cette tragédie a tué plus de 9.000 personnes, en a blessé plus de 24.000, a détruit un demi million de maisons, a déplacé 2,8 millions de personnes et en a frappé 6 millions.

Nous avons fait un appel aux dons et la générosité de tous a été incroyable.

Des initiatives merveilleuses ont été prises pour contribuer à l'aide nécessaire.

Avec des conditions climatiques violentes, une forte mousson, le Népal a ensuite fortement souffert d'un blocus de ses frontières avec l'Inde dont dépend tout le commerce. L'impact économique du blocus, dont on ne parle que très peu, est considéré comme deux fois plus grave que les tremblements de terre eux-mêmes.

Tout au long de ces mois si difficiles pour le Népal, vous avez soutenu avec énormément de sollicitude et de coeur, toutes nos initiatives pour récolter des fonds. Pendant des semaines vous avez versé des sommes qui allaient de quelques euros à des montants importants, sur notre compte du Fonds Parvati- Ecoliers du Népal. Vous avez contacté vos amis, qui eux aussi ont participé généreusement. Nous avons récolté plus de 20.000 euros qui serviront principalement à la reconstruction de classes d'écoles.

Après des mois où le pays a été économiquement bloqué, les travaux de reconstruction ont enfin démarré à la fin de l'hiver 2015.